Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Uniterrsaliste Andromede60

Pamiers : Honnis sont les pesticides

14 Avril 2012 , Rédigé par Andromede Publié dans #Côté Balcons & Jardins

Pamiers-BIO.jpgAujourd'hui pour jardiner branché à Pamiers il ne suffit pas d'avoir la main verte. Il faut aussi être bio dans sa tête. Et bannir les « désherbants ». Une démarche qui fait école.

En ce lundi Pascal, Micheline Lamotte quitte avec ravissement son appartement pour « s'expatrier » impasse Cahuzac non loin de la rue des Maraîchers où son petit lopin de terre de 25 m2 l'attend, tranquillement. Un petit jardin, qu'elle vient entretenir avec la régularité d'un métronome pour y faire pousser ses fraises, salades, haricot et autre fèves. « J'aime la nature et question santé ça fait du bien de jardiner. À moindre coût, cela me permet d'avoir des légumes frais, goûteux et puis je sais d'où ça vient ! En plus ils sont sans pesticides ! Ici, c'est naturel ! » s'enorgueillit la retraitée qui à son niveau s'inscrit dans la continuité de la démarche insufflée par la ville en matière d'environnement et qui prône de fait le « Zéro-phyto.

Rien que du naturel Ainsi, pour éradiquer les doryphores qui s'attaquent aux pommes de terre, notre jardinière a planté des fleurs de lin, véritable répulsif naturel pour ce type de belligérants. Pour se débarrasser des pucerons, Micheline s'en remet à une garnison de coccinelles qui remplacent avantageusement les produits chimiques et autres matières actives nocives pour l'environnement. À trois choux de la parcelle de Micheline, Riton pioche, bine plante avec entrain. Ses rangs de légumes en devenir sont tirés au cordeau. Une petite haie de fleurs délicieusement désuète rappelle non sans une once de nostalgie le havre de paix des jardins de curé. Riton aussi s'en remet aux méthodes des anciens, « sans produits ! » à l'huile de coude et aux fumiers de cheval et de vache. Honnis sont les pesticides et autres engrais chimiques. Pamiers BIO 2Mille mètres carrés de terre en plein centre ville à deux pas de son appart, Riton est conscient de son bonheur. « C'est un bonheur simple. Je produis pour me faire plaisir, pour manger sain et être en contact avec la nature ! ça s'est important ! en plein centre ville de Pamiers ! Il faut le maintenir ça ! ». Avant de tourner définitivement les talons, car du boulot l'attend, Riton nous montre ce carré de terre noire qu'il réserve à son petit-fils lorsqu'il « descendra » le voir à Pamiers. « Il plantera des trucs, les regardera pousser et puis il les mangera dans son assiette. C'est çà, mon pauvre, la transmission des anciens. Montrer aux gosses que les jardins ce n'est pas que pour y faire du gazon et des piscines ! »

SOURCE : LADEPECHE.FR

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article