Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
L'Uniterrsaliste Andromede60

Ecoute la petite voix silencieuse

Ecoute.jpg

 

Ecoute la petite voix silencieuse

 

Ecoute…Ecoute la petite voix silencieuse des petits peuples malheureux, des petits gens qui souffrent en silence, dans le coin sombre d’un taudis ou d’un esprit transit de froid et d’amertume.

 

Ecoute ce qu’ils ont à te dire, à toi, homme d’en haut, homme revêtu de chances et de facilités, homme au hasard favorable et au coup de dés chanceux de la naissance, de cet instant où tout se joue, où tout s’écrit, gravé dans les lignes propices d’un destin enchanteur.

 

Ecoute la petite voix des malheureux, ceux pour qui le sort a été nettement moins favorable que le tien, ceux pour qui la naissance, l’éducation, la santé n’a été qu’un calvaire, qu’une pierre si lourde à porter qu’elle a fini de les user, de les abîmer, de les fatiguer, de les noyer dans l’océan du mépris, le mépris des autres, le mépris des grands, le mépris de l’homme d’en haut, ton mépris…

 

Ecoute mon ami, mon frère, toi qui me ressemble tant mais pour qui la vie n’est qu’une barque flottant sur un lac calme et ensoleillé tandis que ma vie et celle de tant d’autres menacent de chavirer à tout instant, à tout moment sur les flots rugissants de l’indifférence et de l’abandon.

 

Ecoute-moi, je t’en supplie, je t’en conjure, baisse ton regard et contemple ma misère, mes haillons, mes guenilles, celles que m’ont laissé un destin défavorable mais un destin que j’ai tant aimé car il avait malgré tout le goût de la Vie, le goût de l’amour, du rire, du partage, de la simplicité et peut-être même avait-il le fameux goût du bonheur...

 

Pourquoi ne me regardes-tu pas ? Pourquoi ne daignes-tu pas baisser ton regard vers ton électeur, vers ton serviteur, vers ton frère ? Aurais-tu peur d’être contaminé ? Serais-tu effrayé à l’idée d’attraper ces maladies mortelles que l’on nomme pauvreté, laideur, différence, démocratie ? Ou chercherais-tu encore à éviter l’affreuse vérité ?

 

Oui, c’est sans doute cela, ne pas être confronté à la triste réalité te conduit à vivre dans un rêve doré, dans un rêve où les musiciens et les chanteurs n’ont de cesse que de clamer ta grandeur, ta grandiloquence, ta magnificence, ton charisme, ton talent et ton habileté à nous…manipuler.

 

Si seulement tu pouvais te baisser, si seulement un jour ou l’autre, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente tu pouvais nous tendre la main et nous regarder droit dans les yeux tu comprendrais enfin que nous ne sommes pas si différent, que peut-être même nous nous ressemblions il y a longtemps, plusieurs décennies sans doute où, sur les bancs de l’école, nous partagions la même glace et mangions les mêmes bonbons…         

 

Alors homme d’en haut je te le dis : regarde-moi et écoute enfin la petite voix silencieuse de ton cœur car il bat, crie, hurle autant que le mien…

Enfance.jpg

Partager cette page

Repost 0